À l’affût

Avec
Sébastien Bouhana
Ch
ris Chanet
Julien Corda
Lionel Garcin
Amanda Gardone
Anouck Genthon
Nathalie Goutailler
Catherine Jauniaux
Lionel Malric
Anne Montagard
Emily Tissot

PARTENAIRES ET SOUTIENS
Le Scènes croisées de Lozère, Foyer rural Le Chalut, Foyer ruraux CNFR, Association Chahut, musique en Cévennes. Demandes en cours : La Drôme, SPEDIDAM, ADAMI

PRODUCTION
admin@grandchahut.org

DIFFUSION
Anne Montagard
06 51 18 35 78
annemontagard@gmail.com

 GRAND CHAHUT PRODUCTION
28B Route de Cobonne, 26400 Aouste sur Sye
Licence : R-2021-007374
SIRET : 487 581 290 000 45
Code A.P.E : 9001Z Représentée par Stanislas Gielara en qualité de président

Immersion sonore en forêt
CRÉATION  printemps 2022 (dossier à l’affût)

Une équipe de musicien du Grand Chahut Collectif s’immerge en forêt et à travers sa pratique de l’improvisation et de l’écoute, se plonge dans une relation sensible aux lieux. Stimulée par ailleurs par des écrits de philosophes et anthropologues qui remettent en question le concept occidental de « nature », notion qui tendrait à séparer l’humain du reste du vivant, l’idée de faire partager cette expérience au public s’impose. L’improvisation comme vecteur d’une forme de société non hiérarchique et non séparée de son « environnement » permet de goûter et partager ce désir de reconnection au vivant.

Ainsi est né À l’Affût. Une immersion sonore en forêt. Il s’agit d’une rencontre entre un collectif de musiciens, un territoire et un public. Les musiciens s’imprègnent du son du lieu, s’insèrent dans sa géographie, participant ainsi à la création d’un paysage sonore enrichi de cette nouvelle cohabitation, que le public découvrira à l’occasion d’une randonnée en forêt.

Partir à l’affût de l’invisible, de l’imperceptible. Pister l’inconnu, l’altérité. Reconnaître la vitalité d’autres formes de vie. Cheminer dans un territoire, et entrer ensemble en relation multiple et sensible avec ceux qui l’habitent, le temps d’une marche.

Tenter une volte face, une petite danse, un pas de côté pour appréhender autrement l’espace que l’on sillonne. Par l’écoute se mettre en relation, tracer des voies de communication aussi éphémères que singulières. Des sons, des silences habités, une topographie qui se révèle, du proche et du lointain…

Loin d’une forme spectaculaire classique cette marche proposera d’inscrire notre présence en partage avec l’ensemble du territoire arpenté. Faire forêt peut-être, faire communauté éphémère sûrement, se donner à vivre cette réconciliation, cette célébration autour du vivant, avec le public. Et pour paraphraser une des plus célèbres devises des ZAD : «Nous ne faisons pas entendre la nature, nous sommes le vivant qui se fait entendre».

« Il y va de la survie collective, sans nombre d’animaux personnes ne survivra sur cette planète. La prise en compte de l’ensemble du vivant rejoint ici la grande question féministe : il n’y aura pas de justice sociale et environnementale si il n’y a pas une prise en compte de tous ceux qui composent ce monde. »
Vinciane Despret, La Grande Table, France Culture

Cartes postales sonores en écoute ici